ACTUALITES POLITIQUE VIDEOS

ALORS QU’UNE CATASTROPHE HUMANITAIRE SÉVIT À GHAZA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

. ALORS QU’UNE CATASTROPHE HUMANITAIRE SÉVIT À GHAZA

Message par Invité le 2009-01-25, 01:16

ALORS QU’UNE CATASTROPHE HUMANITAIRE SÉVIT À GHAZA

Pourrissement entre Hamas et l'Autorité palestinienne



Ayant éprouvé les pires difficultés à
tenir, dans l’urgence, leur sommet,
puisqu’au moment où Ghaza ployait
sous d’incessants et criminels
bombardements et pilonnages de
l’armée israélienne, les 22 pays de la
Ligue arabe se chamaillaient autour
de la posture qu’il fallait adopter face
à cette énième agression sioniste,
venue s’ajouter au blocus de la bande
de Ghaza et faisaient également dans
la surenchère et la spéculation aux
Nations-unies où la Libye , membre du
Conseil de sécurité, fera cavalier seul
en présentant le texte de «sa»
résolution, renvoyant, dos à dos
Hamas et l’entité sioniste, en mettant
de côté le texte introduit par l’Égypte
qui lui, appelait à la cessation de
l’agression israélienne.
Et c’est finalement au bout de 18
jours de guerre, à sens unique,
menée par Tsahal contre les populations
civiles palestiniennes qu’une rencontre
consultative, initialement sommet,
controversée d’autant qu’elle n’a pas
atteint le quorum, se tient à Doha, à l’initiative
du Qatar, suivi, moins de 48 heures
plus tard, par un autre sommet au
Koweït, pour tenter de dégager une position
commune face à cette agression
génocidaire caractérisée, dont s’est rendue
coupable Tel-Aviv.
Mais, depuis les armes se sont tues,
non pas qu’Israël, soulignent de nombreux
analystes, ait atteint ses objectifs,
comme le prétendaient ses dirigeants mais
parce qu’il avait sous-estimé, comme ce
fut le cas au sud-Liban, en juin 2006, la
détermination et le degré de résistance
des populations ghazaouies qu’il a jetées
dans les bras du Hamas qu’il cherchait,
paradoxalement, à affaiblir, tout comme il
tenait à présenter sa proclamation du
«cessez-le-feu», unilatéralement, tel un
cadeau qu’il se devait de faire au nouveau
locataire de la Maison-Blanche , Barack
Obama, le jour de son investiture…
Moins de cinq jours après l’arrêt de
l’agression, des bilans, aussi lugubres
qu’émouvants, renseignent encore plus
sur le degré de barbarie et de sauvagerie
auxquel s’est livré Israël, 22 jours durant,
contre les populations palestiniennes de
Ghaza; Et ce sont ainsi, pas moins de
1.600 morts, dont plus du tiers est composé
de femmes et d’enfants, et plus de
6.000 blessés qui ont été recensés, en sus
d’une estimation des dégâts se situant à
hauteur de plus de deux milliards de dollars
et s’étant traduits par la mise à plat
des réseaux d’infrastructures de base,
d’eau potable, d’assainissement, d’établissements
scolaires, hospitaliers et même
lieux de culte musulmans.
Donc, face à cette tragédie, imposée,
en toute impunité, par Israël aux
Palestiniens et qui aura soulevé l’indignation
de la communauté internationale,
principalement celle exprimée, dans un
élan de solidarité et de révolte, par les
peuples arabes, latino-américains, européens,
asiatiques, américains et africains,
pendant que les politiques et les diplomates
se complaisaient, si ce n’est dans le
silence, dans des condamnations, à peine
audibles, assorties du corollaire de «la responsabilité
de Hamas» dans les tragiques
événements vécus par les Ghazaouis, les
capitales arabes ne pouvaient continuer à
détourner leur regard de ce génocide et
ont finalement décidé de tenir, leurs…
deux sommets. alors qu’un seul, efficacement
tenu, aurait suffi,
Des analyses de situation, parfois
divergentes, voire opposées, ont été élaborées,
des propositions ont été avancées,
traduisant bien plus l’état de délabrement
des relations intra-arabes que leur détermination
à trouver une issue au drame qui
ronge la cause palestinienne, notamment
à cause du profond différend opposant
Hamas à l’autorité palestinienne ou encore
à dégager les moyens à même de permettre
de faire pression sur l’entité sioniste
pour mettre fin au blocus de la zone,
d’amener les protagonistes que sont
l’Autorité palestinienne et Hamas à coordonner
leurs efforts et harmoniser leurs
positions et enfin à dégager une proposition
consensuelle quant à la gestion de
l’aide financière destinée à la reconstruction,
en urgence, de Ghaza. Mais, jusqu’à
hier, samedi, soulignent les observateurs,
et si certains pays arabes, dont l’Algérie,
ont exprimé leur empressement, compte
tenu de la situation chaotique qui prévaut
à Ghaza, et leur disponibilité à apporter
leur contribution financière et matérielle
pour la reconstruction de la région, il se
trouve que du côté palestinien, certainement
sur incitation de capitales occidentales,
voire arabes, les divergences entre
les officiels de Ghaza et Ramallah ne semblent
pas prêtes de s’estomper, au
moment où Israël, mettant à profit la triste
image que renvoient d’eux les
Palestiniens à la communauté internationale,
prend à témoin les Grandes puissances
et, plus particulièrement, le frais
émoulu président Obama, pour justifier,
cette fois-ci, à posteriori, son agression
criminelle qui fait l’objet de nombreuses
plaintes émanant de la part de diverses
ONG, États arabes et même institutions
internationales…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum