ACTUALITES POLITIQUE VIDEOS

Conquête française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

. Conquête française

Message par y@nis le 2008-12-17, 19:23

Conquête française



Attaque d'Alger par l'amiral Dupperé, le 13 juin 1830





La conquête de l’Algérie fut longue et particulièrement violente
puisqu’elle s’est traduite par la disparition de près du tiers de la
population algérienne[11].
L’armée française l’a conquise village après village, mais il faut
préciser que ce qui caractérise la colonisation de l’Algérie et tient
lieu de particularité est qu’il s’agit d’une colonie de peuplement.
Tout d'abord, ce qu'il faut savoir c'est que les relations
franco-algérienne étaient bonnes, puisque l'on peut lire en juin 1793
"tandis que l'Europe se coalise contre la France libre, une puissance
africaine (Alger) plus loyale et fidèle; reconnait la république et lui
jure amitié." Comment appréhender la dégradations des rapports
franco-algériens ?
En 1794, la France révolutionnaire
est attaquée par les puissances européennes coalisées, et éprouve des
difficultés à nourrir sa population et ses soldats. Le dey d’Alger
Hussein offre alors à la Convention toutes facilités pour faire ses
achats de blé, consentant aussi par la suite sous le directoire un prêt
d’argent sans intérêts. La guerre
terminée, les régimes qui se succèdent n’honorent pas la dette, et
quand la France redevient royaliste la dette est revue à la baisse et
payée, mais à Paris, à la Caisse des Dépôts et Consignations.
Cependant, un nombre important de créanciers vrais ou supposés, des
commerçants livournais qui avaient servi d’intermédiaires se
manifestent alors. Ainsi, sous couvert de satisfaire leurs
réclamations, on avait « rendu légale sa spoliation »[12]. Le dey est donc en froid avec le consul de France car il comprend qu’il ne récupérera pas son argent, et que les livraisons de blé ne lui seront jamais payées.

Carte de la Barbarie en 1843 (Nord du Maghreb) selon le géographe Alexandre Vuillemin





En 1827,
le dey d’Alger découvre que la France avait fortifié à l’extrémité est
de la Régence à La Calle un entrepôt dont elle avait la concession pour
faire du commerce, et qu’elle s'était engagée à ne pas fortifier[12]. N’obtenant pas d’explications de la part du gouvernement français, le 30 avril 1827
le dey en demanda verbalement au consul de France. Le consul ignorant
ouvertement sa demande, celui-ci s’emporta alors, injuria, et
finalement donna au « représentant de la France » un coup de son
éventail. Si l’on s’en réfère à Robert Louzon,
militant anticolonialiste engagé, c’est donc bien l’affaire des
fortifications de La Calle et non simplement la dette restée impayée
qui était à l’origine de la colère du dey d’Alger[13],[14]. Le gouvernement de la Restauration et Charles X,
soucieux de redorer l’image de la France à l’étranger et de renforcer
l’autorité royale en France, trouvèrent alors dans cet incident – un
outrage à la France par le biais de son « représentant », le consul –
un prétexte pour intervenir militairement[15].
Entre le 11 et le 18 mai 1830, quelque 37 000 hommes répartis dans 675 bâtiments affrétés par l’entreprise Seillière,
c’est-à-dire toute la marine française de l’époque, embarquèrent pour
conquérir la bande côtière de l’ancienne régence, par la suite unifiée
sous le nom d’Algérie. Le débarquement eut lieu le 14 juin 1830 à Sidi-Ferruch et, le 5 juillet, les troupes françaises du général Louis Auguste Victor de Ghaisne de Bourmont firent leur entrée dans la forteresse d’Alger, le dey capitula le jour même.

L’émir Abd el-Kader, grand penseur soufiste et chef de la résistance algérienne.






Lalla Fatma N’Soumer, figure de la résistance à l’armée coloniale française





Mais la France se heurte à l’ouest à l’émir Abd el-Kader et à l’est aux tribus berbères dont celles de Kabylie menées par Lalla Fatma N’Soumer. La France entame des négociations avec l’émir Abd el-Kader en 1834 et en 1837, date à laquelle est signé le traité de Tafna. Mais en 1839, Abd el-Kader déclare la guerre à la France, considérant l’expédition aux "Portes de fer" (dans la chaîne des Bibans en Kabylie) par l’armée française comme une violation de traité. En mai 1843, la smala et le fameux trésor d’Abd el-Kader sont aux mains des Français.
En 1847,
Abd el-Kader déposa les armes et se rendit. L’armée française d’Afrique
contrôle alors tout le nord-ouest de l’Algérie. À l’issue de la bataille de Zaatcha, dans les Aurès, en 1848, le Constantinois est conquis. Entre 1849 et 1852, la domination s’étend à la Petite Kabylie. En juillet 1857, les tribus de Grande Kabylie se rendent, et la capture de Lalla Fatma N’Soumer met un terme à la résistance; mais les Kabyles se soulèveront encore jusqu’au début des années 1870. La conquête du nord de l’Algérie est alors achevée. Dans le sud, la prise de Laghouat et de Touggourt, la capitulation des Beni-M’zab du Mzab (1852) et celle du Souf reculent les limites de l’Algérie jusqu’au grand désert.
Ce n’est qu’après un ultime soulèvement, en 1871, des tribus de Kabylie, lors de la révolte dite « des Mokranis », que la mission de « pacification »
s’achève. Elle a fait près d’un million de morts, civils pour la
plupart, la perte démographique se concentrant en particulier sur les
six dernières années de la conquête comme le fait remarquer le
démographe R. Ricoux[16].

source:Wikipédia histoire d'Algérie
avatar
y@nis

Sexe : Masculin

Nombre de messages : 218
Localisation : France

http://algerie.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

. Re: Conquête française

Message par Invité le 2008-12-20, 10:47

yaatik saha khouya je ne savais pas que tout çà existé ...incroyable mais vrais et personne ne nous parles de ça je suis pffff dégoutée a quand les vrais livres qui retrace notre vraie HISTOIRE

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum